Icare

Icare

Page vérifiée Créé le 11 avril 2015 Contact

Halmstad : l'envol de la bande dessinée

- 0
  • Bonjour à tous,

    Vous savez que je travaille sur un jeu vidéo. Mais je m'attache aussi à écrire des scénarii dans des univers très différents (piraterie, aventures intergalactiques, égyptologie, vampirisme, etc.). Le premier de cette série s'intitulait Marmosa Mexicana et le second La Duchesse de Kerjean. Pour chacun de ces projets, j'ai reçu d'excellentes critiques. C'est pourquoi je reviens avec une troisième saga, terminée cet été. Il s'agit d'Halmstad. Contrairement aux autres, l'histoire se suffit à elle-même et s'il y aura bien une suite, celle-ci ne sera pas directe du point de vue thématique. Du reste, l'ensemble se lit comme un roman donc pas de souci. Enfin les illustrations (couverture et dos) ont été réalisées par Pierre Chapelet. Un grand merci à lui ainsi qu'à la ville suédoise d'Halmstad pour m'avoir envoyé le panneau de la ville. Sinon, maintenant que j'ai terminé trois scénars, je vais pouvoir aller les présenter à des éditeurs. Je vous donnerai des nouvelles.

    Halmstad se présente sous la même forme que les précédents scénarii. Il s'agit là de 70 pages de science-fiction, d'action, d'horreur, accompagnées d'un recueil pour développer son univers à travers la fiction, des nouvelles mais aussi 3 mini bandes dessinées de 20 pages. Pour l'obtenir, il faut désorais tiper 12 euros pendant 2 mois (soit 12 x 2 = 24) ou plus. Ce projet compte tout particulièrement puisqu'il s'agit d'essayer d'apporter de la fraîcheur dans un genre archi-rebattu : celui de l'invasion extra-terrestre. En quelque sorte, c'est un peu mon Independance Day ou mon Gears of War. Très honnêtement, je me suis amusé à l'écrire en pensant à un FPS ou un TPS bien chargé. Un terrain connu donc mais que j'espère ressourcer, notamment en le plaçant dans un univers réaliste (présence de Donald Trump, Vladimir Poutine, etc) et dans un contexte plus horrifique et nuancé que d'habitude. Je reviendrai davantage sur mes références dans la notice explicative de fin (les films Doom, Un cri dans l'océan). En attendant, voici le synopsis d'Halmstad (très court pour en dire le moins possible) suivi de sa première image de com et des premières critiques (d'autres arriveront bientôt) :


    Alors que les "Dérivés" sont en passe de vaincre les humains, le président américain active le Plan D. Un plan lancé depuis la ville d'Halmstad et qui devrait pousser ces nouveaux conquérants à abandonner la planète.


  • Evidemment, j’ai fait lire Halmstad à plusieurs professionnels du divertissement, tant de la bande dessinée que du jeu vidéo ou du cinéma ainsi qu'à des lecteurs du quotidien. Si certains retours tomberont bientôt (je m'y suis pris un peu tard mais j'ai retravaillé en profondeur le projet il y a quelques semaines), voici ceux que j'ai reçu jusqu'à présent :

    - Nicolas Moreau (Senior Animator Behaviour / 3D artist / CG artist / dernier jeu : Gears of War 5) :  Globalement très plaisant. Pour des raisons narratives et d'approche du réalisme, ça me paraît d'ailleurs nettement plus proche d'un Alien que d'un Gears of War. J'ai particulièrement apprécié l'architecture de l'histoire qui reste super agréable à lire et qui fait écho au cinéma des années 80/90 tout en allant au-delà des références. Beau boulot. 

     Fabien Alquier (coloriste / Alix Senator : les démons de Sparte, Unité Félin) Outre cette narration très anticipation et réaliste qui vire au fantastique, on se trouve devant le fils spirituel d'une famille à trois parents : Alien, House of Card et Twilight Zone. Tout un programme !

    - Frédéric Zumbiehl (Scénariste de Buck Danny, romancier, pilote) : Les idées sont bonnes, l'ensemble est original et l'intrigue joue sur le mystère mais la forme me semble trop particulière ou peut-être trop brute pour une adaptation en bande dessinée. Du moins le scénario avec cette structure. Je pense par exemple à l'introduction sous forme de dialogues alors que je verrai davantage de l'action pour démarrer tambours battants. Je pense également au nombre de pages :72, c'est trop long. Difficile de voir un éditeur se lancer dedans.

    Olivier Pallaruelo (Journaliste à allociné) :  Un récit sous l'influence de Dr Folamour qui aurait croisé Starship Troopers, qui lui-même aurait croisé The Thing, avec un zeste d'Indépendance Day et de District 9. Le tout en étant original !!

    - Myriam (infirmière et fidèle lectrice) : L'ensemble est punché, l'idée de départ excellente et on reste tenu en haleine jusqu'à la fin. Vraiment, vraiment bon.

    William Beck  (Prof d'histoire) : Très bon. La comparaison paraîtra étrange mais l'écriture étant visuelle et la structure cinématographique, j'aimerais dire qu'Halmstad possède en lui tout ce qui peut manquer à un film comme Star Wars Épisode 7 : une mise en contexte géopolitique claire, cohérente avec l'univers, mais aussi un attachement aux personnages ce qui nous fait ressentir les enjeux à tous les niveaux (autant collectifs que personnels).

    Arnaud (ingénieur et mon premier relecteur depuis toujours) : Très joli travail. J'ai beaucoup apprécié ce récit d'action à la fois soutenu et dense qui dévoile petit à petit l'étendue d'une guerre moderne et effrayante. On découvre avec jubilation un monde renversé où notre idée des équilibres politiques s'effondrent progressivement. Comme d'habitude, les dialogues sont fluides, les images viennent naturellement et je me suis surpris à imaginer le canevas de la bande dessinée, désirant avoir déjà l'album pour entrer dans l'histoire en images.


    Assurément, Halmstad n’est pas qu’une bande dessinée. C'est aussi un recueil qui le complète. J’ai écrit 3 histoires de 20 pages et quelques nouvelles afin d’organiser un récit parallèle. Ces 3 histoires se suivent à la fois du point de la chronologie mais contrairement aux précédents scénario, il s'agit de présenter une autre facette du récit et de nuancer l'histoire principale. C'est donc une trame parallèle qui permet de croiser aussi bien les Dérivés que les civils et toutes les victimes de la guerre. 


    - Premier Contact :

    En mission sur la station spatiale internationale, Thomas Pesquet est le premier homme à entrer en contact avec une nouvelle civilisation : les Dérivés.

    - Affamés :

    Ce qui compte le plus dans une guerre, c'est le ravitaillement : aussi bien des civils que des militaires. Quelle que soit l'espèce, quand il n'est pas assuré, c'est la débrouille et la faim. Une faim qui obsède.

    - Plan Neuro :

    Alors que les Dérivés débarquent en Europe, les Etats-Unis proposent d'accueillir les scientifiques du continent et de les mettre en réseau dans l'espoir de fabriquer une nouvelle arme.


    Comment l'obtenir ?


    Pour recevoir Hamlstad, il suffit de tiper 24 euros en 3 fois. (3x8) Cette somme prend en compte l'impression, les frais de port et le pourcentage pris par Tipeee. Contrairement à Marmosa ou La Duchesse, vous le recevrez avant Noël. Décembre donc. :D


    Merci de votre soutien, de votre intérêt ! Enfin, s'agissant du prochain numéro du magazine Icare, je vais m'y pencher sérieusement.