Kaldaeria, le carnet de Phanat

Kaldaeria, le carnet de Phanat

Page vérifiée Créé le 23 mai 2017 #Noob #Néogicia #Olydri #Phanat Contact

Kaldaeria - Chapitre 1 - Les épreuves du cristal sacré - Part.2

- 0

  • Sœur Cynthia fut surprise par les propos de Shenlaw. 


    - Euh… quoi ? Qui t'a dit ça ? demanda-t-elle surprise.

    - C'est une impression générale, dit-il. Ça a commencé il y a plusieurs mois. Les élèves de la Grande École font de plus en plus d'exercices militaires en dehors de la Grande Muraille. C'est ce que m'ont dit ma grande sœur et mon grand frère. Il y a de plus en plus de pièces de théâtre mettant en scène des héros combattant les Beysaks. Après chaque spectacle, les gens sont chauds bouillants pour aller casser du monstre. Et quant à nous, il n'y a pas un seul cours à l'école qui ne mentionne pas notre devoir de reconquérir notre monde. Je pense qu'il va y avoir une grande annonce dans un évènement important où beaucoup de personnes sont rassemblées. Peut-être à la rentrée à la Grande École pendant le discours de bienvenue, voire peut-être tout à l'heure qui sait. Si rien ne se passe, je veux bien être de corvée de latrines toute ma vie.

    - Toute ta vie ?

    - Euh… quand même pas… c'était juste une façon de parler.

    - Si tu veux prouver ton point, il ne faut pas hésiter à poser tes couilles sur la table.

    - Sœur Cynthia, vous êtes bien vulgaire, c'est choquant, dit-il d'un air faussement gêné. Je pose mes couilles seulement quand je suis sûr et certain d'avoir raison.

    - Shenlaw, tu es bien vulgaire, c'est choquant, dit-elle d'un air faussement gêné aussi. En tout cas, si tes prédictions s'avèrent exactes, la reconquête de notre monde commence enfin ! dit-elle avec enthousiasme.


    Shenlaw ne semblait pas partager la même joie que sœur Cynthia qui le remarqua.


    - Pourquoi est-ce que partir en guerre te tracasse ? demanda-t-elle.


    Shenlaw resta silencieux, l'air mélancolique.


    - Ça va être une aventure épique, dit-il en souriant.


    Soudain, quelqu'un toqua à la porte. Un instituteur vint prévenir sœur Cynthia que les inspecteurs de la Grande École allaient arriver. 


    - Préparez-vous à les recevoir. Rassemblez les enfants dans la cours. J'arrive de suite, dit-elle à l'instituteur. Shenlaw, on en reparlera si tu veux.

    - Pas besoin, on aura d'autres chats à fouetter. Je rejoins ma classe si vous me le permettez.

    - Bonne chance pour les épreuves. Mais je sais que tu vas déchirer pour les épreuves écrites.

    - Sans aucun doute, dit-il avec un sourire arrogant.


    Il n'aura pas fallu longtemps pour rassembler de nouveau tout le monde dans la cours de l'école et se mettre en rang. Quelques inspecteurs en uniforme bleu et blanc étaient déjà arrivés et préparaient les diverses épreuves dans l'école avec les instituteurs. Sœur Cynthia attendait avec une certaine impatience à l'entrée de la cours avec l'un d'entre eux.


    - Maître Breytac ne devrait pas tarder ma sœur, dit l'inspecteur. Il a eu une réunion de dernière minute avec les autres responsables des épreuves.

    - Merci de me prévenir. Je sais que coordonner cet évènement dans toute la cité n'est pas une mince affaire, dit-elle en souriant avec grâce.


    Le sourire dévastateur de l'intendante eut raison de l'inspecteur qui tomba irrémédiablement sous son charme.


    - Encore un qui est tombé dans la toile de sœur Cynthia, dit Farang amusé. S'il savait qu'il y avait un Beysak qui se cachait derrière ce masque de Théveda, il rira moins.

    - Chut, tu vas encore te faire gronder ? dit Kara.

    - Ça va, elle ne nous entend pas là d'où elle est, dit-il. En parlant de gronder, elle ne t'a pas trop crié dessus Shenlaw ?

    - De quoi tu parles ? demanda Shenlaw 

    - Quoi ? Elle t'as pas puni ?

    - Pourquoi elle le ferait ?

    - Mais c'est pas juste. Il n'y a que moi qui est puni à chaque fois.

    - Parce que tu le mérites à chaque fois, dit Kara.

    - C'est vraiment une vieille sorcière…


    Ce fut les dernières paroles de Farang. Il s'écroula tout à coup dans l'indifférence générale. Seuls les inspecteurs étaient surpris mais les instituteurs les rassurèrent. L'attaque était venue de nulle part et laissa une grosse bosse sur la tête du perturbateur. Kara et Shenlaw prirent en charge Farang et l'allongèrent sur un banc de la cour tranquillement. C'était une routine quasiment quotidienne. Quant à l'inspecteur qui était à côté de sœur Cynthia, son air d'amoureux transi s'était effacé. Il était devenu pâle et frissonnait un peu. Sœur Cynthia était en train de faire rouler des cailloux dans sa main gauche puis elle les pulvérisa facilement en serrant son poing. Tout à coup, quelque chose l'interpella et elle regarda le ciel en souriant.


    - Pardonnez mon retard, la réunion pour la coordination des épreuves dans les communes a pris un peu plus de temps que prévu, dit une voix masculine âgée venant du ciel.


    Tout le monde leva les yeux. Trois personnes étaient en train de descendre lentement du ciel, une femme à l'air sévère ayant un uniforme militaire, une petite personne dont le visage était caché par la capuche de son manteau raffiné et un vieil homme à l'élégance stricte et qui inspirait le respect. Tous les écoliers avaient les yeux plein d'étoiles en les voyant flotter majestueusement.


    - Moi aussi je maîtriserai les techniques de vol, dit Farang.

    - Deux minutes pour reprendre connaissance, il s'améliore. À force, il pourra bientôt résister aux coups à la tête, dit Kara.

    - Ou bien en donner sans se blesser, ça deviendra son arme principale, aussi dure que du métal, dit Shenlaw.

    - C'est pas faux, dit-elle souriant.

    - Hey, je suis là, dit Farang. Retournons dans les rangs avant que je me fasse encore assommer.


    Les trois amis retournèrent discrètement dans les rangs. Quant aux trois arrivants, la femme et le vieil homme atterrirent en douceur devant la cours tandis que la petite personne retomba un peu maladroitement sur ses pieds. La femme s'empressa de l'empêcher de tomber avec soin. La petite personne ne semblait pas apprécier cette intervention. Quant au vieil homme, il rejoignit sœur Cynthia avec un grand sourire.


    - Bienvenue à l'école primaire de Terre-Glaise maître Breytac, dit chaleureusement sœur Cynthia au vieil homme.

    - Ma chère Cynthia, dans mes bras, dit-il en les écartant. 

    - Tu veux vraiment te montrer familier en public dans un évènement officiel ? dit-elle un peu gênée.

    - Il n'y a pas de mal à ce qu'un grand-père prenne sa petite-fille adorée dans ses bras.

    - Tu es le directeur de la Grande École, un peu de tenue ne serait pas de trop pour quelqu'un de ta position.

    - La famille passe avant tous les protocoles. Et puis ça fait longtemps que je ne t'ai pas vu.

    - On s'est vu la semaine dernière.

    - Ça fait bien trop longtemps !

    - Ah la la…


    Sœur Cynthia céda de bon cœur à la requête de son grand-père et alla dans ses bras.


    - Les préparatifs se passent bien ? demanda-t-il.

    - Tranquillement, nous serons prêt dans une demi-heure, dit-elle. On peut passer à ton discours d'ouverture. Je ne m'attendais pas à ce que tu sois accompagné. Est-ce la raison de ton retard ?

    - Non, c'est une autre histoire. Je ferai une annonce dans mon discours d'ouverture des épreuves. Mais avant, je te présente Shiryana de la grande maison des Sâ et sa servante Katarina. Elle passera les épreuves ici.

    - Je vous salue ma sœur, dit la petite personne en enlevant sa capuche puis en faisant une révérence.

    - Enchantée de vous rencontrer.


    Les enfants aux premières loges les regardaient et découvrirent une jolie petite fille aux cheveux blancs d'une dizaine d'année. Les commentaires commencèrent à fuser dans les rangs et c'était vite devenu la cohue. Soudain tout le monde se tut. Sœur Cynthia leur avait jeté un coup d'œil glaçant.


    - Woaw, vous avez calmé tout le monde grâce à une projection d'aura parfaitement maîtrisée, dit Shiryana.

    - Ce n'est pas cette technique qui les a calmés, c'était juste un avertissement, dit sœur Cynthia. Ils savent ce qu'ils risquent s'ils me contrarient mais passons. Pourquoi voulez-vous passer les épreuves dans mon humble établissement ?

    - Je voulais voir comment les roturiers passaient les épreuves et maître Breytac voulait que je serve de point de référence pour eux. C'était l'occasion de faire une pierre deux coups.

    - Et puis il y a un autre sujet dont nous voudrions te parler en privé plus tard, dit maître Breytac. Je ne veux pas faire attendre plus longtemps les enfants.

    - Très bien, dit sœur Cynthia.

    - Avant que je commence, il faut que je te dise la raison de mon retard pour que tu ne sois pas prise au dépourvu, dit maître Breytac.


    La conversation entre sœur Cynthia et maître Breytac semblait traîner en longueur. Shenlaw les observa avec attention mais il ne discernait rien. Par contre, l'inspecteur qui était à côté d'eux était bien plus expressif et drôle à regarder. La surprise puis l'excitation se lisaient sur son corps. Shenlaw avait l'impression qu'il était tout à coup remonté à bloc. Peu après, Sœur Cynthia conduisit son grand-père en haut des escaliers de l'entrée. Shiryana et sa servante restèrent en bas sur le côté. L'intendante s'avança au milieu des escalier et prit la parole.


    - Les enfants, certains d'entre vous le connaissent déjà, je vous présente maître Breytac, le directeur de la Grande École. Il nous fait l'honneur d'être parmi nous en ce grand jour pour vous annoncer une grande nouvelle. Je vais lui laisser la parole. Maître Breytac.

    - Bonjour les enfants et futurs élèves de la Grande École, dit-il. Avant de vous annoncer cette grande nouvelle, je vais vous parler des épreuves du cristal sacré. Je pense que sœur Cynthia vous a expliqué dans les grandes lignes comment ça va se passer. Quant à moi, je vais vous dire à quoi ça sert. Chacun de vous a un potentiel et les épreuves permettent de nous les révéler. Nous allons mesurer votre ki, vérifier votre condition physique et évaluer votre intellect. Obtenir de bons résultats aux épreuves vous ouvrira les portes des enseignements d'élite à la Grande École. Mais vous n'avez pas besoin d'être bon à tout, juste dans ce que vous savez faire ou dans ce que vous voulez faire. Travaillez dur et vous mériterez votre place. Vous êtes le futur d'Arcaé, le futur de l'Humanité.


    Maître Breytac se tut un instant, regarda les élèves avec attention, puis reprit.


    - Le futur de l'Humanité… Je vais vous parler de la dernière strophe du poème "Oh Kaldaeria". "Nos arts de la guerre se sont affinés, nous avons atteint la divinité, le jour de gloire est arrivé, craignez-nous Beysaks, nous serons sans pitié". En mille ans, nous avons pu reconstruire une civilisation, développer les arts martiaux, former une armée invincible et certains sont même devenus des divinités. Le seigneur Estiel a estimé qu'il était temps de faire nos premiers pas vers le monde extérieur.


    Toute l'assemblée commençait à s'interroger sur les propos de maître Breytac. Certains doutaient de ce qu'ils venaient d'entendre. Après tant d'année, est-ce que la promesse de reprendre Kaldaeria allait enfin être tenue ? Le directeur de la Grande École coupa court aux tergiversations.


    - Oui, le jour de gloire est enfin arrivé, dit-il. Oui, nous allons enfin combattre les Beysaks. Oui, nous allons enfin reconquérir notre monde Kaldaeria.


    Tout le monde était sidéré par l'annonce. Personne ne savait comment réagir. Les gens se regardèrent entre eux. Maître Breytac reprit son discours.


    - Je sais que c'est dur à croire. Quand le seigneur Estiel a annoncé la nouvelle aux hauts responsables d'Arcaé, nous étions aussi incrédules et sans voix. Il a passé en revu nos forces et nous a dit que nous étions enfin prêt à partir. Nous sommes en train de préparer la première expédition de l'histoire d'Arcaé. Et je peux vous le dire, nous partirons dans un mois.


    Tout le monde acclama la nouvelle. La sidération avait fait place à l'excitation. La joie de vivre un moment historique se lisait sur tous les visages. Sœur Cynthia vit l'horizon sous un nouveau jour. Puis elle aperçut Shenlaw qui souriait avec ses amis. Elle n'en revenait pas de savoir qu'il avait raison. Elle sentait qu'il n'était pas aussi enthousiaste qu'il le montrait en public. Peut-être qu'il se confiera à elle le temps venu. Maître Breytac laissa tout le monde savourer ce moment de liesse quelques instants puis continua son allocution.


    - Revenons aux épreuves voulez-vous bien ? Je ne vais pas m'étendre d'avantage. Je vous souhaite de faire de votre mieux. Je déclare ouvertes les épreuves du cristal sacré ! Pour Kaldaeria !

    - POUR KALDAERIA ! crièrent tous en cœur tous les enfants.


    Tout le monde s'applaudissait et cria leur joie. Leur moral était au beau fixe. Sœur Cynthia laissait les enfants profiter de cette ambiance chaleureuse et électrique quelques instants puis leur rappela qu'ils avaient des épreuves à passer.


    À suivre...

  • Chapitres
  • Chapitre 1 : 1 - 2 - à venir