La Rathure

La Rathure

Créé le 30 juillet 2019 #création #blog #histoires #écriture #écrivain Contact

La Rathure
  • Pourquoi la Rathure?

  • La
  • Dans un premier temps, j’avais écrit un texte assez formel pour me présenter. C’est important une présentation, c’est la première image que les gens auront de moi. C’est un texte dans lequel il faut être assez efficace, sinon on risque de perdre ses lecteurs et donc ses futurs donateurs, ici, on dit tipeurs. Enfin, je crois. Et puis j’ai relu mon texte assez formel, et je me suis rendu compte qu’il manquait un peu de digressions. Parce que c’est quelque chose que j’aime bien les digressions. En un sens, ce n’était pas gênant. Mon premier texte donnait les informations les plus importantes à mon sujet – je m’appelle Arthur, j’ai 28 ans (je suis de 1991, au cas où je ne mettrais pas cette info à jour régulièrement, vous pourrez faire votre propre mise à jour.) – et en lisant mon travail – parce que je me suis inscrit sur tipeee pour te parler de mes projets d’écritures – tu aurais bien compris que j’aimais ça, les digressions. 
    Dans ce texte, celui dont je te parle et non pas celui que tu es en train de lire, je mentionnais le fait que j’ai un blog de cuisine. C’était une mention plutôt rigolote puisque je ne suis pas sur Tipeee pour parler de mon blog de cuisine, donc je créais un genre de décalage humoristique. Et surtout ça aurait été dommage de ne pas le mentionner, parce que peut-être que tu n’aimeras pas mes écrits, mais que tu apprécieras mes recettes de cuisine Bien que mes recettes soient souvent précédées d’une petite histoire. Mais de toute façon, ça, c’est sur mon blog de cuisine,
     et nous ne sommes vraiment pas là pour parler du fait que j’ai un blog de cuisine.
    Je suis là pour te parler de mon blog d’écriture. Là, où j’aime bien raconter les histoires. Même si sur mon blog de cuisine, j’aime bien aussi raconter des histoires. Là, ici, maintenant, je parle bien de mon blog d’écriture ! Tu suis ? Parce que moi, plus vraiment… Comme je te l’ai dit, une présentation, ça demande à être efficace, alors j’essaie d’aller droit au but. Dans le premier texte, à ce stade-là du propos, je t’avais déjà expliqué tout le concept de mon blog. D’ailleurs dans le premier texte, je ne m’étais pas permis de te tutoyer directement. J’espère que ça ne te dérange pas. En même temps, si ça te dérangeais, tu ne serais pas arrivé jusque-là. Je disais donc que… Ah oui… Je suis très en retard dans ce texte ! Parce qu’il devrait déjà être terminé, et finalement tu n’en sais encore que très peu sur moi. Si ce n’est que j’aime les digressions. Ce n’est déjà pas si mal. Des digressions, j’en faisais quelques-unes dans mes copies d’Histoire. Parce que je faisais de l’Histoire initialement. Parce que l’Histoire, j’aime bien ça. Mais je me suis rendu compte que ce que j’aime surtout, c’est raconter des histoires. Alors bien sûr, l’un et l’autre sont liés, mais ce n’est pas tout à fait la même chose. Quand t’enseignes ou que tu fais de la recherche en Histoire, tu ne peux pas vraiment inventer ce que tu racontes. Je ne dis pas que personne ne l’a jamais fait, je dis juste que ce n’est pas très éthique. Donc quand je me suis rendu compte que je préférais raconter des histoires - j’ai pas mis tant de temps que ça, j’étais seulement en thèse, franchement ça va, je suis assez vif je trouve – j’ai décidé d’arrêter l’Histoire pour les histoires. C’est de là que vient le nom de la Rathure
    La Rathure, c’est le nom de mon blog. C’est une référence à une rature - je le précise au cas où t’aurais pas vu le lien subtil – qu’on peut faire quand on écrit. Ce qui n’explique pas la présence du « H »… Mais c’est le « H » d’Arthur. Oui parce que si t’écris la Rathur et pas la Rature, ça devient une anagramme d’Arthur. Si tu ratures le « H » de la Rathur et que t’y ajoutes un « E » pour obtenir la bonne orthographe, tu effaces aussi le « H » de l’Histoire pour le remplacer par le « E » de l’écriture. Tu vois le truc ? Hmmm… Peut-être que je n’aurais jamais dû me lancer dans une telle explication en fait. C’est laborieux non ? C’est juste que comme j’ai modifié le titre de cette partie en disant « pourquoi la Rathure ? » , je pensais devoir répondre à la question. Si seulement je savais comment on fait pour effacer du texte sur un ordinateur, j’effacerai immédiatement ce paragraphe bien trop long qui va me faire perdre encore plus de monde. En plus, ce paragraphe s’allonge inéxorablement, c’est une véritable catastrophe ! Ah non, c’est bon, il semble s’arrêter maintenant. Bon, je vais passer à la ligne, ça sera plus simple.
    La Rathure, c’est le nom de mon blog. J’y publie au moins un texte par semaine, selon mes inspirations, mes lectures, mes envies… T’y retrouveras des fictions, de la poésie, du théâtre, des expériences littéraires… Et parfois un peu d’Histoire quand même ! J’essaye de me tenir à un rythme régulier. Je ne suis pas la personne la plus organisée du monde, mais pour le moment, je m’y tiens bien et j’y prends du plaisir. Et c’est dans ce projet que je suis venu te proposer de m’accompagner. Il n’y avait peut-être pas besoin d’autant de digressions pour simplement dire ça. Mais j’aime vraiment bien les digressions.

  • Pourquoi suis-je sur Tipeee ?
  • Ici, pas de modification de titre, il ne faut pas tout modifier non plus. Et puis ça me calmera peut-être un peu sur les digressions.
    Si je suis sur Tipeee, c’est parce que j’aimerais vivre de mes écrits. J’ai écrit un roman que j’aimerais faire publier, j’ai d’autres projets, mais ce travail d’écriture hebdomadaire, je souhaite vraiment que ce soit mon activité principale, mon travail. Pour le moment, j’ai un peu de mal à me projeter. J’adore l’idée de livrer mes textes à tout internet, de manière libre, sans demander la moindre contrepartie. Mais forcément, économiquement, c’est vite limité.
    Je viens sur Tipeee pour trouver des personnes, toi en l’occurrence, qui apprécieront mon travail et qui seront prêtes à me dire qu’il vaut quelque chose. Des personnes qui m’accompagneront financièrement parce qu’elles seront heureuses chaque semaine de lire mon travail. Si suffisamment de lecteurs ou de lectrices me soutiennent, je pourrais alors envisager l’écriture comme un véritable projet de vie et très honnêtement pour le moment, c’est de l’ordre du rêve. Je me suis fixé un an pour faire le point et six mois ont déjà passé depuis que je me suis fixé cette échéance. Le temps de se lancer, de voir que j’y arrivais et surtout le temps d’assumer !
    Être sur Tipeee pour moi, c’est déjà une sorte d’aboutissement. C’est osé dire, et me dire, que je veux essayer de vivre de ce travail.

  • Quelles sont les contreparties pour les tipeurs ?
  • J’ai beaucoup réfléchis à l’histoire des contreparties, à ce que je peux t’offrir en échange de ton soutien. Et je suis encore très partagé. J’en ai eu plein, des idées, parce que dans le texte initial, tu sais, celui qui me fait faire plein de digressions, j’en proposais quelques-unes. Le fait est que ces contreparties que je proposais, j’aimerais bien aussi les proposer à mes lecteurs ou mes lectrices qui n’ont pas l’occasion de me soutenir financièrement. Alors je crois que je pourrai te proposer vraiment des contreparties quand j’aurai réellement quelque chose à t’offrir : mon premier roman en avant-première, dédicacé, un recueil de mes textes… Des objets concrets, liés à mon travail, mais il faudra patienter encore un peu. Alors en attendant, la seule contrepartie que je te garantis, c’est d’afficher ton soutien et de te remercier à la fin de chacun de mes textes. J’espère que ça te conviendra.