The Big Gameovski

The Big Gameovski

Page vérifiée Créé le 2 novembre 2018 #Streaming #gamer #Jeux-vidéo #midlife #shmup Contact

Le petit point sur la chaine de Février...

- 0
  • Gros. Y'en a gros là.

    Donc une remise en situation peut être un poil nécessaire car pour fabriquer vos rêves, il y a certainement plus de boulot que vous ne l'imaginez. C'est un peu le syndrome de cette vision "l'artiste il a une vie tranquille, il sort les trucs quand ça lui prend comme une envie d'aller aux toilettes". Un cliché qui a la vie dure, raison de plus pour vous expliquer l'émission, ce qu'il y a en scène et ce qu'il y a derrière.


    The Big Gameovski c'est d'abord un plaisir perso c'est certain. Puisque je ne trouvais pas de médias qui me parlaient vraiment dans tout ce déluge de chaines et de sites stéréotypés, fort bien faits pour la plupart, mais avec de sempiternelles habitudes propres aux supports qu'on a enterré qu'une certaine presse et la télévision. Les formats se ressemblent si souvent qu'on peine à ne pas sourire en imaginant la fortune de celui qui a rédigé "le petit manuel de nomenclatures standards d'émissions". Ensuite les textes récités franchement... le jeu vidéo a cette particularité d'être de la bombe émotionnelle ; j'ai toujours du mal à comprendre ceux qui n'osent en profiter et se retiennent d'improviser pour retranscrire au plus vrai leur ressenti. Donc oui, dans un paysage un peu monotone de sources à consulter, j'ai eu ce besoin d'essayer de fabriquer LE média comme je l'envisageais moi, celui que je voulais voir.
    .

    L'émission est donc essentiellement du "à l'arrache", histoire de ne pas pipeauter le public. C'est une prise unique, telle qu'elle est faite, avec ses conneries et imperfections, avec son sincère et cette absence de maquillage qui devient trop rare dans les médias. Quand je dis que je lance un jeu pour la toute première fois, ça n'est pas comme on le sent souvent chez d'autres, un bullshit après X runs de répét'. C'est un authentique premier lancement, une vraie découverte. Quand j'ai la chance de déjà connaitre le spécimen, je le mentionne également. Un détail sûrement, mais qui change beaucoup de choses pour interpréter les sensations que procure le soft. Et qui m'est donc important.

    L'exercice du "1 prise live" est toujours relativement tendu et c'est surtout en le rodant qu'on l'améliore. Ça se sent particulièrement sur la première centaine d'émissions. Si l'on fait abstraction des 100 Fails techniques ^^' chaque épisode est un apprentissage et l'évolution est notable de l'un à l'autre. Elle se ressent aussi sur la narration qui du simple "je lance le jeu et on vois ce qu'il se passe" progresse doucement pour révéler au mieux les espoirs, joies & déceptions qu’amenait un jeu vidéo à sa sortie remis dans son époque. Le plus compliqué étant qu'il existe réellement des jeux merdiques mais qu'a la base, en contexte, il y a avait toujours une idée sympa ou intention louable du créateur même si le projet n'a pas abouti comme prévu ou tenait sur une hypothèse peu crédible.



    Comme vous le voyez, venir faire le couillon décontracté chaque jour est un poil plus tendu à faire qu'on ne se l'imagine en fait. Je rajoute la couche IRL car par pudeur normalement j'évite d'en parler. Ça pourrait être interprété de travers. Et je ne cherche ni gloire ni mendicité. Il faut quand même savoir que The Big Gameovski c'est fait par un gars qui survit avec 450€ par mois. Oui, ces fameux glandeurs qu'on croirait volontaires. Je vous rassure, une journée me laisse beaucoup de temps pour chercher du boulot malgré un poste qui n'existe nulle part apparemment (ou un CV un peu plus honnête que les compil' de bullshits mytho' qu'envoient certains). Le gars une fois qu'il a payé toutes ses factures et provisionné les postes obligatoires il lui reste entre 70 et 20 balles par mois... pour bouffer. Et le gars il ne vit pas au dessus de ses moyens et sait très bien compter. Sinon il n'aurait pas ce sentiment de "assigné à résidence" faute d'accès aux loisirs, et donc aux relations sociales, et donc... on est pas hikikomori par désir en fait. On maquille juste le sentiment d'être dans une prison sans barreaux dont on paie le loyer par un peu de poésie, histoire de ne pas se lever chaque matin - pour rien - avec cette éternelle envie de vomir.

    TBG est un bon exutoire. On pourrait le voir comme une sorte de thérapie. C'est surtout opposer de la "construction massive" à cette violente colère que procurent beaucoup d'injusties qui nous entourent et l'indifférence globale. C'est aussi faire voir aux aveugles qu'il y a des tas de compétences qui ne demandent qu'a être entendues et sont disponibles pour collaborer à des projets pour peu qu'on en ait l'idée. En bricolant cette émission, j'ai passé presque 2 ans d'un apprentissage assez jouissif de domaines qui m'échappaient. J'avais toute les bases journalistiques et rédactionnelles, mais découvrir les parties techniques des streams et particularités de l'expression via vidéo fût un gros pied.

    J'ai bouclé l'intégralité des shmups arcade existants qui m'étaient disponibles. Certains sont passés au travers, faute de pouvoir les faire fonctionner ou tout simplement de les trouver pour quelques uns. Mais sur la partie Bornes d'Arcade ma mission peut être considérée comme accomplie avec pas loin de 450 titres référencés, en accès libre et exempts de pollutions publicitaires. Soit... un tiers de mon objectif global d’évangélisation à coups de boulettes ! La route est donc encore longue pour TBG puisqu'il faudra bien que quelqu'un s'occupe de chroniquer ces centaines de shmups sur différentes générations de consoles. Mais aussi des ces titres à la distribution parfois hasardeuse sur Micro ordinateurs. Et vous imaginez bien que je redoute un peu les Early Years ... ;)



    La chaine n'arrivant pas vraiment à décoller malgré une belle progression, j'ai des choix à faire. Celui du temps à y consacrer. Celui des moyens à y engager. Ceux des développements et améliorations à envisager. Pas mal de choses qu'il faut aborder calmement, sans empressement. La chaine a à peine 2 ans et je sais qu'il a été nécessaire à certains de conserver une longue patience avant d'obtenir les résultats escomptés. Ceci dit, la fréquence quotidienne de TBG sur une année m'a permis de comprendre que c'était inutile dans le cadre d'une audience naissante. J'imagine que les gens ne deviennent pas addicts au point de suivre un truc moins con que Plus Belle La Vie chaque jour (insert "pique gratuite" HERE). Plus sérieusement, j'ai observé que l'audience se faisait plutôt sur des visionnages en série, de rattrapage de la semaine en général, pour la plupart d'entre vous. Et sur ça je ne bousculerai pas vos habitudes ; je vais tout simplement m'adapter. Donc finito les quotidiennes à partir de ce mois, je vais essayer différents rythmes et horaires car apparemment à 19 heures on a pas mal d'autres choses à faire. J'apprends. ;)

    Niveau contenu la production restera dense puisque je vais essayer de continuer à garder mon année d'avance d'émission enregistrées. Je le rappelle : pendant que vous voyez 450 chroniques disponibles, j'approche tranquillement des 900 déjà enregistrées. Avec les titres consoles et micros restant à faire, mon rythme va de toutes manières baisser puisque là les jeux ne sont plus en Free Play et qu'un "Continue ?" peut être souvent absent. Et pour vous faire voir une quinzaine de minutes d'un titre il faudra que je l'ai rodé un moment, ce qui n'était pas nécessaire pour les versions arcade.

    Concernant les News je vais sévèrement faire "la pince" pour 2019. Cette année mon budget personnel pour les jeux c'est grosso merdo 2 titres (et il y en a déjà 1 de réservé). J'ai toujours mon hardware à renouveler je ne sais pas comment. D'où l'importance que les dév' et éditeurs me permettent d'accéder à leur jeux, en pré-version ou release, s'ils souhaitent pouvoir être chroniqués dans The Big Gameovski. Le gros avantage de l'émission est sa réactivité ; en 2018 quelques reviews Nouveauté vous ont été calées et sorties en moins de 4 jours, la palme revenant à Gris chroniqué en intégralité en moins de 2 jours. Ça, c'est une option que vous n'aurez pas trop sur les gros canaux de stream en général amis éditeurs. Au passage, si vous avez des goodies à offrir au public, je pense que ce serait une initiative bien perçue car l'audience TBG n'est peut être pas énorme mais elle est particulièrement fidèle, pointue et attentive aux chronique des titres passés en revue.



    Voilà. J'ai été super long (toi qui a pensé "comme d'habitude" => tu sors) mais je vois difficilement comment être plus clair au sujet de la situation de The Big Gameovski. Elle est globalement positive. Juste que cette expérience sonne un peu comme un mouchoir qui tombe sur une pelouse de foot : c'est présent au milieu, visible, mais dans l'effervescence personne ne le remarque. Je vous donne donc rendez-vous peut être pas demain. Peut être bientôt plus à 19H mais plutôt 21H. Et il y aura peut être bientôt une présentatrice aux seins nus. Un de ces arguments est totalement invalide. KEEP PLAYING !
    Môssieux K.



    LES CHANGEMENTS A PARTIR DU 1er FEVRIER 2019 :
    . Les nouveaux numéros ne sont plus publiés à 19H mais 21H désormais.
    . L'émission n'est plus quotidienne et se concentre en diffusion chaque Lundi (nouveauté ou titre remarquable), Mardi (shmup) & Mercredi (rétro shmup).
    . Samedi & Dimanche sont gardés en option pour du Live ou des Full Runs.
    . Les replays deviennent payants.
    . Non, je déconnais pour la phrase précédente.
    . Des essais vont commencer pour que TBG ait ses propres instances vidéos des manière à ce que l'émission comme les viewers ne soient plus dépendants de Youtube, ses pubs et ses trackers. Les Tipeurs auront accès libre aux pré-versions de ce canal alternatif.